20120205164138

20120205164811

Chambre régionale des comptes de Franche Comté (CRCFC) a publié le 04 octobre 2011 un rapport concernant le SIDEC du Jura pour les exercices allant de 2002 à 2010. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la bonne gestion n'est pas la qualité première de ce syndicat.

- Lisez le rapport sur le site de la CRCFC-

Dans son édition du jeudi 02 février 2012, le Progrés, dans un article de Delphine GIVORD titrait "Le syndicat d'électricité menait trop grand train", "Le SIDEC du Jura épinglé par la Chambre Régionale des Comptes".

20120205153924Carton rouge3Hormis ces titres accrocheurs, force est de reconnaître que le contenu de l'article est très indulgent pour le syndicat présidé depuis 2001 par Gilbert BLONDEAU assisté de l'omniprésent Gérard BAILLY comme premier vice-président.

Seules quelques petites remarques liées à l'ère BRUNET, l'ancien directeur parti en retraite en 2006, noient le poisson. Contrairement à ce que nous déclare le président, l'on est pas dans le passé mais bel et bien dans le présent : le SIDEC est très mal géré.

Sans rentrer dans les aspects techniques que je laisse aux spécialistes de la Chambre, lisez ci-dessous quelques brefs extraits du rapport. Lorsque l'on connaît la minutie (1) et le très grand professionalisme des fonctionnaires de cette chambre chargée de vérifier les comptes des collectivités locales de Franche Comté, certaines de leurs remarques font froid dans le dos :

  • "les statuts restent très imprécis sur les contours des missions du SIDEC"
  • "prestations de mandat indûment facturées aux communes"
  • "un nombre anormalement élevé d'irrégularités comptables portant sur des montants significatifs. L'importance de ces irrégularités affecte la sincérité des comptes du SIDEC"
  • "une forte augmentation des frais de fonctionnement"
  • "la Chambre observe le caractère irrégulier des écritures relatives au rattachement des charges qui portent sur des montants élévés"
  • "des charges de fonctionnement qui connaissent une croissance importante"
  • "les frais de personnels supplémentaires ne sont pas compensés par les honoraires perçus en raison des nouvelles missions"
  • "la Chambre observe une augmentation des dépenses de restauration jusqu'en 2009 et appelle le SIDEC à la modération"
  • sur la fiabilité des comptes : "toutes ces irrégularités affectent considérablement la fiabilité et la transparence des comptes du SIDEC. Elles brouillent la lecture du résulat et complexifient l'analyse de la situation financière de l'établissement"
Des remarques sans appel qui montre bien l'opacité et la très mauvaise gestion de ce syndicat "usine à gaz" qui brassait quand même 30 millions d'euros en 2009. Mettre la faute sur l'ancien directeur Jean-Claude BRUNET, parti en retraite à très grands frais en 2006 (20 000 € de manifestations diverses) est un peu court même si ce dernier porte une lourde part de ces irrégularités, non sanctionnées d'ailleurs.
 
Le bureau présidé par Gilbert BLONDEAU, qui est entre autre chargé de la bonne marche du SIDEC, n'a manifestement pas fait son travail. Il le reconnaît d'ailleurs lui-même en déclarant sans se rendre compte de la gravité de ce qu'il dit : "Moi à l'époque, je n'ai pas suivi ça de près" : pourquoi êtes vous rémunéré monsieur BLONDEAU ?
 
Une situation qui s'améliore un peu actuellement mais qui doit être redressée au plus vite si nos élus en sont capables et le souhaitent. Malheureusement, les observations de la CRCFC n'ont aucun caractère exécutoire.

Lisez la réponse du SIDEC à la Présidente de la Chambre régionale des comptes de Franche Comté.

(1) Ils pèsent leurs mots et n'écrivent jamais pour ne rien dire