Municipales 2014

Dans un billet en date du 20 mars 2013 je vous faisais part de l'écart de division entre Jacques PELISSARD et Marc-Henri DUVERNET. La campagne des municipales le confirme.

Lorsque l'on regarde le programme des 2 impétrants et le bilan du maire sortant, le doute n'est plus permis si tenté qu'il l'ait été un jour.

Lons

Même si je persiste à dénoncer les cumuls trop importants de la famille PELISSARD et "les copains d'abord" (1), l'analyse objective des programmes des candidats appelle de ma part les observations "apolitiques" suivantes :

- un programme de Marc-Henri DUVERNET creux (comme son CV) et uniquement développé avec une communication aseptisée, et qui comme j'ai déjà eu l'occasion de l'écrire, pourrait être celui de tous les candidats de toutes les villes de France. Une sorte de "copier/coller" de barratin politique qui ne veut rien dire, enveloppé dans du papier de soie mais qui n'éclaire pas la lanterne des lédoniens. 

C'est en quelque sorte un chèque en blanc que demande le trop jeune et trop opaque DUVERNET. Heureusement, on est rassuré : le candidat s'engage à avoir un casier judiciaire vierge !!!

- un programme de Jacques PELISSARD concret qui permet à chacun de juger. N'oublions pas que ce programme est étayé, à mon sens, par un excellent bilan. Vu de l'extérieur, on peut réellement dire que la ville a positivement évoluée. Pour des élections municipales, les électeurs ont besoin de connaître les orientations concrètes qui vont être prises, même si l'on est pas d'accord avec certaines d'entre elles.

Si l'épisode des "copains d'abord", qui montre les limites du cumul des mandats et des carrières politiques trop longues (2), la gestion d'une ville préfecture de 18 000 habitants ne peut être confiée à un "jeune amateur" qui a manifestement pris la grosse tête avant l'âge.

Enfin, il est étonnant de constater que les candidats semblent avoir honte de leurs partis puisque les logos n'apparaissent pas. Vous me direz, on les comprend, avec toutes les gamelles qui fusent de tous bords et qui dégoutent les français de la politique.

Ce billet est en quelque sorte une modeste mise en garde aux lédoniens qu'ils sont bien sûr libres de suivre ou de ne pas suivre.

Il me fallait cependant l'écrire par devoir envers mes grands-parents paternels.

(1) Une devise applicable à la totalité de la classe politique française

(2) Si le fait d'acquérir un yacht n'est pas condamnable en soi, ce sont les passe-droits qui posent problème. Un employé du port de CANNES l'a d'ailleurs bien compris en attirant l'attention de son supérieur (mis en examen d'ailleurs) sur ce genre de pratique.

 

20140318123304      20140318123356

 

- Merci à la Voix du Jura qui nous permet de consulter les listes des candidats du Jura -