Laissons tout d'abord de côté les gesticulations politiques indécentes de l'opposition (1), en particulier locale, au gouvernement en place (Christian ESTROSI (2) pour ne pas le nommer) et plaçons-nous tout d'abord sur le terrain au coeur de l'action et de la réalité de terrain.

Une information, publiée dans les médias mérite d'urgence des éclaircissements.

snip_20160715162852

L'Express, dans un article en ligne du 15 juillet 2016 mis à jour le 16 juillet 2016, titre : "Attentat de Nice : les mensonges en série du tueur au camion". L'hebdomadaire précise dans son article : D'après les informations de M6, Mohamed Lahouaiej ment pour franchir les contrôles de sécurité. Il aurait prétendu qu'il devait "livrer des glaces".

La véracité de cette information, capitale pour savoir comment le camion frigorifique fou a pu pénéter sur la "Prom", doit être rapidement confirmée ou démentie par les autorités compétentes, qu'elles soient administratives et judiciaires. Etonnant pour l'instant que cette information ne soit plus évoquée.

Si elle était exacte, voici ce que l'on pourrait en déduire et les questions que l'on serait en droit de se poser.

En effet, si le tueur a pu mentir de la sorte, c'est probablement qu'à un certain moment, il a été contrôlé à l'arrêt à bord de son camion meurtrier. 

Dans ce cas, en tant que spécialiste de la sécurité, voici les 3 questions que je pose et qui devront recevoir une réponse claire :

1ère question : Quand, à qui et dans quelles conditions le tueur fou a-t-il prétexté "livrer des glaces" ?

2ème question : Le camion a-t-il fait l'objet d'un ou plusieurs contrôles routiers sur la Promenade des Anglais en amont de son parcours fou (du n°147 au n° 11 : sens de circulation du véhicule) ?

3ème question : Si oui :

  • à quel endroit ?
  • qui était responsable du ou des postes de contrôle concernés ? La commune de NICE étant en zone de police d'Etat : police nationale ou police municipale ?
  • par quels personnels a-t-il été contrôlé : des policiers nationaux ? des policiers municipaux ?
  • lors du contrôle : le moteur du camion a-t-il été coupé ? le véhicule a-t-il été fouillé ?

Faute-grave

En effet, en situation d'Etat d'urgence comme en situation de danger, cette méthode de contrôle de véhicule doit être systématiquement appliquée par les forces de sécurité qui doivent toujours agir de manière professionnelle car c'est leur métier. Leur professionnalisme est le garant de leur propre sécurité comme de celle de leurs concitoyens qu'ils doivent protéger.

Comment non plus ne pas être interpellé par l'argument du conducteur d'un camion de 19 tonnes qui prétend livrer des glaces à 22h30 sur la Promenade des Anglais interdite à la circulation (arrêtés municipaux, nombreuses annonces faites dans les médias et panneaux sur le terrain)

Si la version de l'Express et de M6 venait à être confirmée, l'attentat pourrait tout simplement être la conséquence d'une faute professionnelle grave commise sur le terrain : l'attentat aurait ainsi pu être déjoué et donc évité.

Mon article n'est cependant qu'une hypothèse que je considère toujours d'actualité dans l'attente des réponses des autorités administratives et judiciaires.

Si l'information publiée par l'Express venait à être démentie officiellement, mon article n'aurait évidemment plus lieu d'être.

Nous devons la vérité aux victimes, aux familles, à leurs proches ainsi qu'aux français.

Affaire à suivre.

(1) Utilisation de la détresse humaine à des fins politiques

(2) Dont je suis le 1er à louer tout ce qu'il fait pour sa ville de NICE. Dans le cas du feu d'artifice, n'oublions que, comme l'Etat, le maire de NICE et Christian ESTROSI en charge de la sécurité pouvaient annuler la manifestation s'ils avaient estimé les mesures de sécurité insuffisantes, ils ne l'ont pas fait.